Archive | Ekonomie RSS feed for this section

Tout est normal,…

23 Déc

Nicolas Sarkozy, avocat d’affaires de profession, fut pendant des années le conseiller du laboratoire Servier qui a fait sa fortune avec le Médiator, mais encore l’Isoméride interdit aussi, ou le Daflon jugé inefficace.

Et il gardera ce client privilégié tout au long de sa carrière d’avocat. But de la manœuvre, selon un cadre cité par Libération : « éviter de payer des impôts » !

Chef de l’État, Nicolas Sarkozy s’est même empressé de remettre la grand-croix de la Légion d’honneur au patron de cette entreprise aux méthodes managériales et marketing redoutables.

Publicités

La Fin de l’Euro aura lieu

22 Déc

L’euro va droit dans le mur. La question n’est plus de savoir si la monnaie unique va disparaître, mais quand. Six mois, un an, deux ans, cinq ans ? L’intransigeance légitime de l’Allemagne à ne pas se porter caution solidaire des dettes souveraines de l’ensemble de la zone euro condamne la monnaie unique à moyen terme.

Si les dirigeants Allemands ont réussi à arracher à Angela Merkel sa participation au fonds de soutien, il est probable qu’elle n’ira jamais plus loin. Pourquoi l’Allemagne devrait payer parce qu’elle a comprimé ses salaires ? Aux yeux allemands, cette proposition revient à demander à une fourmi qui aurait fait des sacrifices pour épargner de prêter à des cigales dont elle doute fortement de la capacité à la rembourser. Comment un homme ou une femme politique pourrait bien faire passer une telle proposition ?

Les Allemands ont raison de dire non. Pourquoi leurs efforts devraient les contraindre à se porter caution de plusieurs milliers de milliards de dettes ? Du coup, cette semaine, l’Allemagne a signé l’arrêt de mort de la monnaie unique.

Une crise mondiale, prélude à la monnaie unique

20 Déc

Il est intéressant de constater que l’on essaye  de sauver des pays sur-endettés par ce moyen absurde: en les endettant plus. L’unique réponse à cette situation serait une restructuration de la dette, et cela n’importe quel conseiller bancaire de base le sait. Accorder des crédits à un sur-endetté ne peut conduire qu’à sa faillite. Maintenant, on peut se demander ce qu’espère le prêteur en agissant ainsi.

La finalité pour vous et moi serait le passage de l’huissier avec saisie de tous vos bien …
Ne serait ce pas ce que souhaite le prêteur ?
En Grèce la Chine à acheté le port du Pyrhée, l’Espagne qui se débat pour ne pas sombrer envisage de vendre ses aéroports.
On remarquera que les prêts octroyés à l’Irlande et à la Grèce ont été assortis de conditions allant dans le sens d’une libéralisation accrue de ces états et d’une énorme pression sur les populations (baisse des salaires et autres avantages et hausse des impôts, réduction du nombre des fonctionnaires …), une vraie marche forcée vers l’ultra libéralisme accompagné d’un assujettissement à la BCE et au FMI.
Ce qui est intéressant d’observer est la place prépondérante que prend le FMI.
Les deux monnaies mondiales de référence que sont le dollar et l’euro sont en train de sombrer, ce qui signifie que l’on va chercher une nouvelle solution pour le commerce mondial. 

DSK a avancé ses pions en évoquant les Droits de Tirage Spéciaux (DTS) comme alternative, mais ce malin s’est bien gardé de nous dire que le FMI travaille actuellement à la création d’une monnaie mondiale : le BANCOR. Sauf qu’il existe ce document du FMI daté d’avril 2010, c’est ce qu’on appelle avoir le sens de l’anticipation. (voir page 26)

http://www.imf.org/external/np/pp/eng/2010/041310.pdf

« Et tandis que les Français nient qu’ils soient en pourparlers avec la Chine sur la création d’un nouveau régime monétaire, la ministre française des Finances Christine Lagarde lors d’une réunion en Italie a dit que la France compte utiliser sa présidence du G20 pour faire pression pour une alternative au dollar. Elle a expressément cité le «Bancor», l’idée émise par Keynes dans les années 1940 pour une monnaie-marchandise basée sur un panier de métaux. Les États-Unis prennent des risques à jouer avec le « privilège exorbitant » dont ils ont bénéficié pendant deux tiers de siècle grâce à leur hégémonie monétaire. »